samedi 6 août 2016

Triathlon de Nyon 2016 - Visez les étoiles pour atteindre la lune


Ce samedi 6 août, à Nyon, se déroulaient les championnats suisse de triathlon pour les classes d'âge. Après l'argent en 2008 et le bronze en 2010, je rêvais de l'or et de devenir champion suisse. Mais étais-je capable de transformer ce rêve en réalité?

La préparation

Jusqu'au 10 juillet, j'étais très occupé professionnellement, car je travaillais pour l'Euro de football. Je n'avais donc pas la possibilité de préparer des compétitions. Entre l'Euro et les Championnats Suisses de triathlon, j'avais la possibilité de m'entraîner sérieusement durant 3 semaines, puis de récupérer la dernière semaine. ça me paraissait convenable, en tenant compte du fait que j'avais fait une grosse préparation foncière durant l'hiver et le début du printemps.

Mon programme hebdomadaire comprenait 2 séances dures par sport, alternées par des séances faciles à basse intensité. Le total était de 20km de natation, 300km de vélo, 30km de course à pied et 2 séances de PPG. Je sentais que j'avais atteins un bon niveau en natation et en vélo, mais que ma course à pied restait nettement mon point faible.

Description de la compétition

Le triathlon de Nyon est une compétition qui se déroule chaque année depuis 28 ans. J'y ai participé pour la première fois en 1989. La natation se fait dans un lac et il y a une longue côte à courir avant de pouvoir rejoindre le parc à vélo. Le parcours vélo se compose de 4 boucles avec une petite bosse à chaque tour, ainsi que plusieurs passages technique et quelques belles lignes droites pour exprimer sa puissance. La course à pied se fait sur 2 tours assez vallonnés.

Mon triathlon

Comme l'eau était très chaude, la natation devait en principe se faire sans combinaison néoprène, ce qui m'aurait grandement avantagé et permis de creuser une confortable avance. Mais comme il y avait beaucoup de vent et de vagues, les commissaires de course ont décidé d'autoriser la combinaison, afin d'améliorer la sécurité des nageurs. J'oublie donc de creuser un écart et essaie juste de bien m'orienter et économiser mes forces pour le vélo. Je réussi tout de même à lâcher mes adversaires directes dans une portion face aux vagues. Je sors premier avec une petite trentaine de secondes d'avance.

A vélo, mon point fort, je décide de gérer mon effort en faisant 100% confiance à mon powermètre. Je fais une course très régulière en augmentant régulièrement mon avance, seconde après seconde. Je pose mon vélo avec un peu plus de 2 minutes d'avance.

Dès le premier mètre de course à pied, je sentais que j'allais gagner, car même si la course est mon point faible, je me sentais frais et ma foulée était légère. Je décidais de partir tranquillement afin d'éviter tout risque d'exploser dans les derniers kilomètres. A mi-parcours, je n'avais perdu qu'un quart de mon avance et je me sentais toujours en pleine forme. Cela boosta ma confiance. Toutefois, dans la première montée du 2e tour je commence à me sentir moins bien et des débuts de crampes font leur apparition. Je commence à douter, mais me dit qu'il ne reste que du plat et de la descente et que donc "ça va le faire". Effectivement, en me concentrant sur mon objectif, je parviens à retrouver une foulée correcte et franchis la ligne d'arrivée en tête de ma catégorie d'âge.

Conclusion

Je suis super content de ce résultat. Je m'étais fixé un objectif élevé avant la course, ce qui m'a fortement motivé, aussi bien durant la préparation que durant l'épreuve. Je suis très reconnaissant à ceux qui m'ont encourager durant l'épreuve, tout particulièrement mes collègues de travail et mes parents. Je remercie aussi ma femme et mes enfants pour leur support de tous les jours.

3 commentaires :

  1. Magnifique Christophe largement mérité. Bonne recup. David

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Félicitations! Je suis heureuse de voir ton entraînement infatigable porter ses fruits. Un très grand bravo!

    RépondreSupprimer