jeudi 28 novembre 2019

Championnats du Monde de triathlon 2019 à Lausanne: à fond devant son public


L'objectif numéro 1 de la saison 2019 était le championnat du monde de triathlon, à Lausanne, dans mon pays, devant mon public. J'ai choisi toutes les autres compétitions, ainsi que la date de mes vacances dans le but d'arriver au top le jour J. Le plan s'est dans l'ensemble bien déroulé et je termine dans le Top10 de ma catégorie d'âge. Voici plus de détails...

La planification de la saison 2019

Cette année, j'avais plusieurs obligations professionnelle et familiale à intégrer dans la planification de mon entraînement. Tout d’abord un déplacement professionnel d'une semaine au mois de mai sans possibilité de faire du vélo et ensuite des vacances en Thaïlande pour présenter mon bébé à ma belle famille, là aussi sans possibilité de m'entraîner correctement.
Concernant le déplacement professionnel, j'ai organisé mes macrocycles de manière à ce qu'il se trouve dans une semaine facile et j'ai compensé l'absence de vélo en roulant un peu plus les quelques jours avant de partir.
Quand aux vacances, je les ai placées le plus loin possible du championnat du monde et là aussi j'ai roulé énormément juste avant et surtout à mon retour en Suisse. De plus, j'ai essayé de planifier beaucoup de course à pied. Malheureusement, ce ne fût pas possible de m'entraîner autant que je le voulais, car il faisait trop chaud, aussi bien dans l'eau pour nager que dehors pour courir. Heureusement, j'ai tout de même réalisé de belles séances indoor dans un fitness climatisé.

Le début de saison

Suite à ma victoire à Wallisellen, ma motivation était au top. Toutefois, j'ai subit une forte baisse de ma condition physique. C'était vraisemblablement le contre-coup des très gros efforts effectués avant le début de la saison. Comme il n'y a pas eu de compétition durant cette période, c'est passé inaperçu, mais ce fût très stressant.
Le retour de la forme fût le bienvenu et coïncida avec le 2e triathlon de la saison, le triathlon de Zoug. Je réalise une super performance jusqu'au 6e km de course à pied, puis je ralentis progressivement et réussi de justesse à terminer ce distance olympique en moins de 2 heures. A noter que cela ne m'était plus arrivé depuis 1999...
Quelques jours plus tard, il y a eu les championnats suisses de triathlon à Spiez. Je me sentais encore plus en forme. Malheureusement, pour des raisons météorologiques, l'organisateur à décidé d'annuler la natation et de la remplacer par 5km de course à pied supplémentaires. Pour moi dont la course à pied est le point faible, c'était le pire scénario imaginable. Bien qu'étant en grande forme, je dois me contenter d'une décevante 5e place.
Peu après mon retour de vacances, j'ai participé au triathlon de Nyon. J'avais effectué une grosse charge d'entraînement, soit 36km de natation, 1000km de vélo et 70km de course à pied en 2 semaines et ma condition physique commençait à revenir. Pas suffisamment pour gagner, mais assez pour monter sur la 3e place du podium dans un très bon temps, notamment en battant mon record personnel du parcours vélo.
Il ne restait plus qu'un macrocycle de préparation avant Lausanne et j'ai refait un gros volume en natation et à vélo...

Les championnats du monde de Lausanne

Le samedi, je participais à la distance sprint et le dimanche à la distance olympique. Je me sentais au top de ma forme et étais super motivé. Je comptais sur ma tenue de l'équipe nationale et sur le public pour m'aider à me surpasser et réaliser une course de rêve.
Les 750m du sprint se faisaient sans combinaison néoprène, car l'eau du Lac Léman était à presque 24°C. J'ai de bonnes sensations et sort de l'eau en 10e position, conformément à mes espérances. Les 20km de vélo se faisaient avec un vélo de route, car le drafting était autorisé. Me retrouvant dans ma discipline la plus forte, je remonte un à un mes adversaires et pose mon vélo en 2e position à 15 secondes du premier. Je suis euphorique et commence à rêver d'un miracle. Mon non, la course à pied est restée mon point faible, mes jambes sont aussi lourdes que d'habitude et je perd 2 minutes. Je termine à une belle 10e place, meilleur suisse de ma catégorie.
Le lendemain, je m'alignais sur le distance olympique, toujours sans combinaison néoprène, mais cette fois avec mon vélo de chrono, sans drafting. J'étais encore plus motivé que la veille, en pensant pouvoir faire une grosse performance à vélo. Tout commence comme prévu avec une bonne natation. Progressivement, je remonte mes adversaires, jusqu'au km7 où pfffuiii mon pneu arrière crève... Je perd une cinquantaine de places et toutes mes chances de faire une bonne performance. A l'arrivée, je suis 37e, un peu déçu, mais heureux d'avoir participé à cette magnifique fête du triathlon, dans la très belle ville de Lausanne.

Conclusion

Cette année je me suis concentré sur des triathlons courtes distances. J'ai eu beaucoup de plaisir, aussi bien dans la préparation que lors des compétitions. Je me retrouve 3 fois sur le podium, dont une victoire et termine la saison en 3e position du circuit suisse. Je remarque tout de même que mes problèmes en course à pied me limitent fortement. J'aimerais m'entraîner plus dans ce sport, mais le corps ne suit pas. J'ai décidé de faire une pause de quelques années pour réaliser divers projets personnels et mieux me consacrer au coaching de triathlon.

Besoin d'un coach pour préparer vos prochains triathlons? Je peux vous aider www.coach-triathlon.ch

Aucun commentaire :

Publier un commentaire