mercredi 6 août 2014

Les triathlètes doivent-ils battre des jambes en natation?

nage avec palmes
J'entends souvent des triathlètes dire, à propos des battements de jambes en natation pour le triathlon, des phrases du genre: "ça ne sert à rien, il faut économiser ses jambes pour le vélo et la course". Qu'en est-il réellement? Voici mon analyse personnelle, qui vous aidera, je l'espère, à faire le choix le mieux adapté à votre profil...

Quels sont les avantages d'avoir un bon battement en natation, pour un triathlète?

Un bon battement doit être tonique. Il démarre de la hanche et se termine au bout des orteils, de façon similaire à un fouet ou aux nageoires d'un poisson. Lorsqu'il est bien effectué, le battement est souple et fatigue moins que ne le pensent la plupart des triathlètes. En outre, il est une aide à la propulsion, ce qui apporte un soutien au haut du corps pour nager plus vite. De plus, le battement de jambes impose une tonicité de la zone abdominale, ce qui permet d'être plus stable et en ligne, ce qui diminue la résistance dans l'eau. Finalement, le battement de jambes est le principal moyen de flotter à la surface de l'eau en ayant une position plus horizontale, diminuant encore davantage la résistance à l'avancée. Donc, paradoxalement, un bon battement vous fait économiser de l'énergie, contrairement à ce que l'on entend le plus souvent.

Quels sont les inconvénients d'utiliser beaucoup les jambes en natation, durant un triathlon?

Les battements de jambes nécessitent un efforts des quadriceps, plus gros muscles du corps humain et par conséquence, plus gros consommateur d'oxygène et d'énergie du corps. Un battement puissant engendre une augmentation de la consommation d'énergie et provoque de la fatigue au niveau des jambes, partie du corps dont on aura grand besoin lors des 2 dernières épreuves d'un triathlon. Si la distance est longue ou que l'on est insuffisamment entraîné, trop battre des jambes en natation peut compromettre une bonne performance globale sur un triathlon.

Spécificité de la nage avec combinaison en néoprène

La plupart des triathlons se nagent avec l'aide d'une combinaison en néoprène. Les combinaisons en néoprène améliorent la flottabilité, ainsi que le gainage de la zone abdominale, de la même manière qu'un battement de jambes, ce qui rend les battement de jambes nettement moins utiles. On remarque clairement lors de compétitions avec ou sans combinaison que les bons batteurs prennent beaucoup plus d'avance sans combinaison que avec. C'est pour cela que les mauvais batteurs redoutent les triathlons sans combinaisons néoprène.

L'utilisation des battements à l'entraînement

Tout d’abord, il faut savoir que, comme tout autres gestes, le battement de jambes s'apprend. Avoir un mauvais battement de jambes n'est pas une fatalité, cela se corrige, notamment en faisant des battements à l'entraînement. L'utilisation de palmes aide aussi à mieux ressentir les appuis sur les jambes et donc à progresser plus rapidement.
Ensuite, même si l'on est pas doué en battement de jambes et que l'on a abandonné tout espoir de le devenir un jour, il reste utile de travailler le battement de jambes. En effet, comme il met en action les plus gros muscles du corps, il augmente les besoins en oxygène et facilitent l'amélioration de son VO2Max. Je vous recommande en autre de faire de temps en temps des blocs en palmes + plaquettes. Vous serai rapidement au bord de l'asphyxie et vos progrès seront rapides et spectaculaires. Veuillez toutefois à conserver une excellente technique, surtout au niveau des appuis sous l'eau, même avec les plaquettes.

L'utilisation des battements en compétition

Si le triathlon est long ou avec combinaison, il est préférable de ne pas battre beaucoup des jambes, car cela vous apportera plus de fatigue que de gain de temps. De même si votre battement est mauvais, mieux vaut peu utiliser ses jambes que d'avoir 2 "parachutes" qui vous freinent. Pour les bons batteurs, utilisez vos jambes principalement aux moments suivants: le départ, pour rattraper un groupe d'échappés, pour éviter la cohue avant le passage d'une bouée, pour distancer un nageur collé dans vos pieds et avant l'arrivée pour amener plus de sang dans les jambes en prévision du vélo.

Conclusion

Avoir un bon battement est un avantage, même si on l'utilise plus à l'entraînement qu'en compétition. Avoir un mauvais battement n'est pas une fatalité, vous pouvez vous améliorer.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire