mercredi 21 août 2013

S'économiser à vélo pour pouvoir courir plus vite: mon expérience à Wiesbaden

Lors des compétitions de cette année, j'ai toujours fait des performances décevantes en course à pied, alors que je réalise souvent de bonnes performances à l'entraînement. Le 11 août 2013, aux championnats d'Europe d'Ironman 70.3 à Wiesbaden, J'ai décidé de m'économiser à vélo pour pouvoir courir plus vite. Etait-ce efficace?

L'avant-course

Une semaine auparavant, lors des championnats suisses, je m'étais rassuré sur mon niveau en terminant le vélo en première position (ensuite, j'avais subit un coup de chaleur et terminé 9e). Le voyage jusqu'à Wiesbaden en Allemagne s'est bien passé. L'hôtel où je logeais était tranquille et agréable. J'y ai très bien dormi. Le matin de la compétition, je me sentais en forme, sans signe apparent de fatigue. Pas de stress non-plus, malgré le fait que c'était la compétition la plus importante de ma saison.

La natation

L'eau du petit lac où l'on nage étant à 20°C, la combinaison néoprène est autorisée. Les départs se donnent toutes les 10 minutes et ma catégorie d'âge part en avant-dernière position, juste avant les relais. Il y a une sortie de l'eau après 800m. Je réalise une natation correcte,
sans plus et sort de l'eau après 26'11" en 21e position de ma catégorie.

Le vélo

Le parcours est très exigent avec une succession de montées totalisant plus de 1400m de dénivelé positif. Ma tactique était de forcer moins que d'habitude afin de courir plus vite. C'est donc ce que j'ai fait. C'était un peu frustrant de se faire dépasser par des cyclistes que j'avais l'habitude de battre dans cette discipline, mais j'avais confiance dans ma tactique. Malheureusement, malgré cette allure assez facile, j'ai commencé à manquer de force dès le kilomètre 60. Je perds donc encore plus de temps que prévu sur la fin est pose mon vélo en 31e position avec un temps de 2h48'29".

La course à pied

Contrairement à mes attentes, je n'ai pas une foulée pouvant me permettre de remonter une partie de mon retard. Je me sens bien, mais rien de miraculeux. Les parties plates et les descentes se passent très bien, mais je manque de force dans les montées. Je réussis à accélérer dans les 10 derniers kilomètres, mais fait un décevant 1h36'28" me faisant rétrograder à la 46e place.

Conclusion

J'ai suivi ma plan de course à la lettre, mais je ne suis pas convaincu que ce soit une bonne tactique de s'économiser à vélo lors d'une épreuve de la taille d'un demi-ironman ou plus petit. Le temps perdu à vélo, n'a largement pas été rattrapé lors de la course à pied.

Aucun commentaire :

Publier un commentaire